le Québec sauvage

 

Optimisé pour une lecture sur un écran de 800x600

Empreintes de caribous dans le sable

Très caractéristique, on reconnaît aisément les empreintes des caribous à la forme en croissant des pinces. Juxtaposées, elles décrivent presque un cercle au contour très marqué. Une empreinte de mâle adulte fait environ 8,5 cm de long et 10 cm de large.

Couple de caribous sur la berge

La femelle se trouve à gauche et le mâle à droite, encore dans l'eau. On distingue très nettement la différence de taille des bois entre les deux animaux. Les caribous sont d'excellents nageurs, ce qui leur permet de traverser sans problèmes les nombreux lacs du Québec. Chassés uniquement par les Indiens, on les rencontre plus fréquemment que les orignaux. Ici, le paysage est typique de la forêt boréale.

Lichens

C'est l'aliment de base du caribou, lui permettant de survivre dans les rudes contrées nordiques. On en trouve énormément en forêt boréale où le sol n'est souvent qu'un tapis de lichens. Au premier plan, les pousses à feuilles vertes sont du Thé du Labrador.

Lever de lune sur le lac

Dans les contrées sauvages, le silence règne en maître. Parfois, on perçoit le chant d'un loup ou d'un huart, mais le silence donne souvent une impression de surdité.

Trois huarts à collier

Appelés Huarts au Québec à cause de leur chant qui résonnent sur les lacs, les plongeons imbrin s'observent assez fréquemment mais leur extrême mobilité les rend difficiles à approcher. On les trouve aussi sur les billets de 20$ca.

Le castor

Très à l'aise dans l'eau où il se sent bien plus en sécurité que sur la terre, le castor est d'un naturel curieux. Vous le surprendrez rarement hors de l'eau s’il a détecté votre présence car la lenteur de ses déplacements sur terre et son manque d'agilité le rendent très vulnérable.

Le phare de la Pointe des Monts

La Pointe des Monts est un endroit privilégié pour observer les oiseaux et mammifères marins. En effet, cette avancée dans l'estuaire du Saint-Laurent se trouve au-dessus d'une grande fosse marine, permettant aux mammifères marins de venir très près de la cote. De nombreux gîtes permettent aux voyageurs de séjourner dans la région.

Bécasseau

De nombreux limicoles sont observables sur les bords du Saint-Laurent. Peu farouches, ils se laissent relativement bien approcher. Leur vivacité assurant leur sauvegarde.

puce-3.jpg (762 octets) Pour en savoir plus :

top.gif (1060 octets)

Retour à la page d'accueil

 © Diane Castanet & Olivier Hervieu 2014 - Toute reproduction interdite
Information Copyright ©